Accueil > Académie d’Education et d’Etudes Sociales > Consulter les publications >
2003-2004 - La transgression

Notre temps n’aime guère les interdits : faute d’avoir pu les interdire, il fait des héros de ceux qui ont dit « non ». Certains ont joué un rôle considérable dans l’histoire, c’est vrai. Mais faut-il généraliser et faire l’éloge de la transgression, parce que, signe de liberté, elle brave les interdits et balaie les tabous ? L’Ecriture au contraire chante les louanges de ceux qui ont dit oui au Seigneur, d’Abraham à la Vierge Marie. Il importe d’y voir clair.

La transgression commence avec les blocages culturels : le principe de précaution n’est-il pas stérilisant ? Faut-il renoncer à prendre des risques ? Aujourd’hui, où est la transgression des interdits : chez ceux qui arrachent les plants d’OGM, ou chez ceux qui en cultivent ?

La loi peut engendrer des conflits de devoirs. Comment les affronter ? Le législateur peut-il les éviter ? Le respect des autres devrait être un guide dans ces cas difficiles. Comment agir envers les transgresseurs ?

La loi morale ne paraît pas pouvoir être transgressée, pourtant des conflits existent, qui ont conduit à l’idée du moindre mal. Dans l’Eglise, le magistère est parfois remis en question. Pourtant le Christ n’est pas venu abolir la loi, mais l’accomplir.

Tel est le vaste domaine que l’AES se propose d’explorer, au cours de son cycle de communications 2003-2004, espérant ainsi, avec le concours de personnalités chrétiennes, contribuer à approfondir la réflexion sur une question trop souvent abordée sous son seul aspect passionnel et idéologique.

 
- Haut de page
-- Accueil | Contact | Plan du site | Mentions légales | Forum privé | Admin | Flux RSS --